Solidarité Familles

Solidarité Familles

[Entrevue] Solidarité Familles s’adapte!

David Paradis, directeur général, nous raconte comment l’organisme Solidarité Familles s’est adapté dans la dernière année pour continuer de répondre à la demande grandissante de la communauté.

David, quelle est la mission de Solidarité Familles?

Notre mission est d’œuvrer avec le milieu et les partenaires pour favoriser la solidarité, la responsabilisation et diminuer l’impact de la pauvreté et de l’exclusion sociale des personnes seules et des familles dans le quartier Duberger-Les Saules.

Quels ont été vos défis principaux dans la dernière année?

Nos plus grandes préoccupations ont toujours été d’assurer la continuité des services ainsi que la santé de notre équipe.

Comment vos services ont été impactés dans la dernière année?

Au printemps, la majorité de nos services ont dû être mis sur pause. Lors des périodes de confinement, nous avons par exemple dû fermer l’accès à la friperie qui dessert entre 12 000 et 15 000 personnes chaque année.

Nous avons ensuite pu relancer nos services en les réorganisant pour respecter rigoureusement les mesures sanitaires.

Les dons matériels venant de la population ont considérablement augmenté! Le défi est donc de gérer l’entreposage pendant la période d’isolement des biens de 14 jours, car l’espace nous manque.

Nous avons dû repenser notre service alimentaire : plutôt que de tenir des ateliers de cuisine comme à l’habitude, nous avons opté pour les paniers alimentaires pour continuer d’aider notre communauté.

Cet été, nos trois jardins communautaires ont été très bénéfiques! Les citoyens ont pu sortir de la maison pour s’occuper et se changer les idées.

Nos cafés en attente chez nos restaurants partenaires ont pu poursuivre pour apporter un peu de réconfort auprès de notre clientèle plus vulnérable (service d’aide alimentaire disponible après les heures de travail).

Est-ce que l’aide que vous recevez a changé dans la dernière année?

Nos bénévoles sont pour la plupart des personnes âgées et on ne veut pas les mettre à risque. Nous avons donc réorganisé nos ressources pour être en mesure de poursuivre nos services.

Grâce au coup de pouce du Centre d’action bénévole de Québec (CABQ), nous avons pu recruter des entreprises dont les employés nous ont donné un bon coup de mains! Le travail des bénévoles a permis de relancer les travaux de rénovation et d’aménagement de la Friperie. Un beau coup de circuit possible grâce à l’initiative du CABQ!

Quels sont les besoins les plus criants dans votre communauté?

Cette année, nous avons enregistré une augmentation de 55 % des demandes d’aide alimentaires, et ce, sans hausse d’approvisionnement.

Depuis le début de la crise, nous avons été proactifs pour mettre en place des solutions pour diversifier nos approvisionnements en denrées. Nous avons approché plusieurs entreprises, des parcs industriels et un parc technologique avec lesquels nous bâtissons des relations de confiance pour obtenir de l’aide pour notre communauté sous forme de collectes de dons.

Comment la crise vous impacte au niveau financier?

Les sources de revenus ont beaucoup diminué, l’impact financier est grand. Comme le financement dans le domaine communautaire se fait souvent par projet, lorsque les projets sont arrêtés, le financement est moins accessible.

Depuis 5 ans, nous cherchons de nouvelles sources de financement pour diversifier nos revenus. Miser sur l’autofinancement sera une partie de la solution pour les prochaines années.

Que retirez-vous comme apprentissages de cette période de crise?

Ce que nous vivons actuellement va influencer la façon de réfléchir et de développer nos organismes. Nous devons prendre des notes et faire des bilans pour toujours mieux s’adapter.

Le plus grand défi actuel demeure de travailler dans un contexte atypique avec une équipe réduite et de devoir faire des choix au niveau des services.

Et le mot de la fin?

Je suis fier de mon équipe! Avec le recul, je vois que nous avons réagi rapidement et que nous avons pris les bonnes décisions. Notre première action a été d’assurer la santé et la sécurité de tous.

 

Solidarité Familles